/Insérer ici un cliché sur les canadiens/

Published 2 années ago1


Même moi ça me parait dingue : dans mon boulot, il m’arrive qu’on me confie la gestion de stagiaire. Pas du tout à l’aise avec l’autorité que ça implique, je me suis décidé à essayer de vivre ces périodes comme des moments de partage rafraîchissants et si possible enrichissants pour les deux partis.
Il y a deux ou trois ans, j’ai accueilli sous mon aile pas fiable un certain Guillaume Dumont. Même âge que moi, curieux, doué, discret mais bosseur, et la tête du mec qui est déjà ton pote avant même que tu le connaisses, bref le parfait connard.
Et vla ti pas qu’à la sortie de son stage, il m’annonce qu’il va finir ses études au Canada pour suivre un cursus informatique orienté jeux vidéo, et maintenant il bosse au pays de Robert Charlebois dans une boîte consacrée à notre médium favori. Quel salaud…
Du coup, et ce avant même d’avoir écrit le premier article de ce blog, j’ai voulu pondre une interview du bonhomme. Et pour une fois, j’ai atteint un de mes objectifs en moins de cinq ans. Voilà ce que ça a donné !

Salut Guillaume ! Tout d’abord merci d’avoir accordé cette interview exclusive au Ravenholm Post. Entrons tout de suite dans le vif du sujet si tu le veux bien : présente nous vite fait ton parcours, depuis ta naissance à aujourd’hui.
Alors ça fait un peu bateau, mais je suis né dans les jeux vidéo. Mon père même s’il n’était pas gamer s’intéressait un peu à la technologie et avait acheté l’un des nombreux clones de console Pong et plus tard un Pentium 100. Mon frère aîné quant à lui a acheté les Atari 500, Coleco Vision, Sega Master System et Megadrive, ainsi que l’Amiga. Après ça, j’avais attrapé le virus du gamer et j’ai acheté diverses consoles/jeux et passé des centaines d’heures dessus.
Au niveau de l’éducation j’ai suivi un cursus classique mais j’ai décroché avant le bac et donc me suis retrouvé sans diplôme. J’ai travaillé quelques temps comme vendeur mais je n’aimais vraiment pas ça. Suite à ça mon père m’a parlé d’un article sur lequel il était tombé concernant le DAEU (Diplôme d’accès aux études universitaires) que j’ai par la suite obtenu pour ensuite m’orienter en DUT informatique. Là j’ai appris qu’ils proposaient de partir à l’étranger et j’ai sauté sur l’occasion d’aller au Canada, chose dont je rêvais depuis un moment. Par un heureux hasard, l’université qui avait un accord avec l’IUT proposait un cursus en conception de jeux vidéo.
J’ai donc terminé mon DUT et ai refait une année au Québec pour obtenir le baccalauréat (équivalent BAC +3 en France) en informatique avec majeure en conception de jeux vidéo.
Suite à ça j’ai postulé dans une boîte de jeux vidéo mobile dans la ville où j’ai fait mes études et j’ai été embauché. Ça fait 6 mois que j’y travaille, l’ambiance est vraiment bonne et j’y apprends plein de choses. On utilise le moteur de jeux Unity pour ceux qui connaissent.

Tu t’es engagé tardivement dans la branche vidéo ludique. Ça n’a pas trop été la merde pour te lancer ? Jveux dire, c’est pas comme si t’étais parti dans une école à Dunkerque… T’as eu des subventions, des aides pour t’aider à traverser l’océan ?
Pendant le semestre où je participais au programme d’échange du DUT, j’ai bénéficié d’une bourse complémentaire pour les étudiants partant à l’étranger en plus de ma bourse étudiante, ce qui m’a permis de plutôt bien vivre.
Pour la troisième année en revanche, je n’avais droit à rien vu que je n’étais ni en France, ni inscrit dans une école en France. Heureusement, j’avais un peu d’argent de côté et ma famille m’a beaucoup aidé. J’ai donc pu réaliser mon rêve.
Et à l’école concrètement, ça donnait quoi ? Comment on apprend la conception de jeux vidéo ?
Tu as plusieurs cours consécutifs, tu commences par la conception de jeux vidéo, où tu apprends surtout les différents types de jeux, les concepts, les termes techniques etc… Tu as aussi quelques travaux pratiques genre réaliser une critique de jeu vidéo, créer un jeu de société complet, …
Ensuite tu as la réalisation de jeux vidéo où tu apprends la programmation axée jeu vidéo avec Unity ou Unreal Engine 4 par exemple. Tu as des TP chaque semaine ou tu dois modifier le code de jeux existants, genre ajouter des blocs incassables dans Arkanoid, Implémenter un double jump dans Pitfall, une caméra troisième personne dans un jeu de course etc…
Enfin viennent deux cours d’atelier de jeux vidéo, où on te donne un prototype complet à réaliser en 15 semaines. C’est vraiment le plus intéressant, tu as un GDD (Game Design Document) que tu dois suivre pour livrer le produit final. Comme pour tous les enseignements au Canada, tu as peu de cours(dans le cas des ateliers quasiment aucun) et beaucoup de travail personnel, donc tu gères ton temps comme tu veux mais il faut livrer le prototype à la fin des cours. Il y a même possibilité de créer un prototype dans le cadre du concours Ubisoft, avec soutien de mentors d’Ubisoft et cérémonie de remise des prix à la clé. C’est vraiment très enrichissant.
Il y a bien sûr pleins d’autres cours, certains obligatoires et d’autres non, par exemple intelligence artificielle pour le jeu vidéo, algorithmie ou histoire du jeu vidéo. Il y a également des activités organisées par le département informatique comme des Game Jam, des financements pour participer au MIGS (Montreal International Game Summit) où il est possible d’assister à des conférences animées par des professionnels du jeu vidéo.

Peu avant que tu ne sois embauché, j’ai reçu un coup de fil au boulot où une recruteuse m’a posé tout un tas de questions sur toi (réactions face au stress, etc.). Ça ne rigole pas les entretiens outre Atlantique on dirait !
Oui le monde du travail est pas mal différent au Québec, une fois que tu as passé les classiques entretiens, si tu es choisi, des recherches sont faites par des sociétés privées: casier judiciaire, questions aux anciens supérieurs, etc…
Dans l’ensemble, il est plus facile de trouver du travail ici mais aussi plus facile de le perdre.
Les relations employé/employeur ont aussi l’air beaucoup plus relax. Je ne pourrais pas m’étendre là-dessus car c’est ma première expérience professionnelle ici mais ça fait bizarre de tutoyer son employeur (Faut dire aussi que le tutoiement est beaucoup plus répandu ici qu’en France).
Et donc aujourd’hui, ça donne quoi une journée type à ton boulot ?
Alors la première journée d’un sprint ( une période de temps durant laquelle on doit développer une/des feature(s) dans le jeu) consiste principalement à répartir les différentes tâches entre les programmeurs / artistes / games designers / QA (Quality Assurance: testeurs en quelque sorte) selon les besoins et à tout planifier / préparer.
Le reste du sprint, la journée commence par un SCRUM, une réunion quotidienne durant laquelle chacun expose ce qu’il a fait la veille et ce qu’il va faire aujourd’hui, et indique ses éventuels problèmes. Cela permet de voir l’avancement du projet et de rapidement voir si le développement d’une feature est en danger et de savoir à qui s’adresser pour tel ou tel problème.
C’est la seule chose planifiée quotidiennement lors du sprint, le reste de la journée on développe ce qu’on a à faire, on fait des code reviews (un programmeur explique à un autre ce qu’il a fait et fait relire son code pour validation, pour être sûr de ne pas ajouter de bug par exemple) et on a parfois des réunions techniques. Durant la journée, on peut aussi discuter avec l’équipe game design pour poser des questions, voir si on a bien compris le fonctionnement de la feature, montrer les progrès, ou encore avec l’équipe artistique pour valider le visuel. Bien sûr, on communique aussi au sein de l’équipe de programmeurs afin d’avancer plus vite. L’ambiance est vraiment bonne donc les journées passent vite, et puis le midi, on joue à Magic avec quelques collègues.
On peut parfois donner des prototypes de ce que l’on développe aux QA en cours de sprint pour qu’ils puissent avoir un avant-goût de la feature et repérer des bugs rapidement plutôt que d’attendre le dernier moment. Sinon, durant un sprint, on a une date programmée pour merger ( vient de merge en anglais, les QA passent aux tests et si c’est concluant, on ajoute ce qu’on a développé au projet principal, prêt à être ajouté aux futures versions du jeu )

Parlons maintenant un peu de ta vie de gamer. Y-a-t-il un jeu en particulier qui t’as donné envie de bosser dans cette branche ?
Pas vraiment de jeu en particulier, c’est plus tout un tas de jeux qui m’ont émerveillé quand j’étais petit. Je pense que le premier à m’avoir marqué a été Sim City premier du nom. Je jouais pour la première fois de ma vie sur un PC et j’ai tellement accroché que mes parents ont eu du mal à me faire partir ( on était chez des amis )

Et tu joues à quoi en ce moment ?
Ark: Survival evolved, Fallout 4, Rocket League, Rainbow Six Siege, Civilization V, Hearthstone et je viens de terminer Game of Thrones de Telltale
Je joue à pas mal de types de jeux différents même si j’ai une préférence pour les survivals, le post-apo et la gestion

Un jeu que tu attends ?
J’attends de voir ce que va donner Camelot Unchained, la « suite » de Dark Age Of Camelot

Pour finir, qu’est-ce que tu donnerais comme conseil(s) à ceux qui voudraient se lancer comme toi ?
Ne pas avoir peur de se lancer justement. J’ai longtemps hésité au début, mais au final j’ai tenté l’expérience et je réalise mon rêve. Même en cas d’échec, on peut toujours tirer quelque chose de ses expériences.

A l’heure où je publie cet article, je me dis que la conclusion est un peu abrupte, va falloir que je travaille mes talents d’intervieweur… Mais je pense qu’on peut améliorer ça si, vous lecteurs, vous vous concentrez très fort avec moi pour envoyer pleins de bisous à Guillaume !!

31 recommended
comments icon 1 comment

One thought on “/Insérer ici un cliché sur les canadiens/

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image