En mai, range ton porte-monnaie

Published 2 années ago3


Seules quelques heures séparent la publication de cet article de la sortie de DOOM 4, heures que nous mettrons à profit pour essayer de répondre à cette question sensible : vaut-il mieux acheter le jeu ou se payer une overdose d’héroïne ?

Tout d’abord, je vais en recadrer certains que j’entends déjà gueuler « ouais sa sapel pas DOOM 4 c DOOM tout cour pck un reboot lol n00b #anonymous » en leur expliquant ceci :
Le DOOM, l’unique, celui dont les anciens parleront aux morveux pendant les veillées de Noël, la larme à l’œil, un morceau de viande saignante entre les dents et une gamine morte sur les genoux,  ce DOOM là date de 1993, point barre. Ils pourront faire ce qu’ils veulent chez idSoftware pour redémarrer leur série, plus jamais ils n’atteindront la violence révolutionnaire qui déboula sur nos PC il y a bientôt 25 ans.
On ne reproduit pas une naissance, au mieux on clone, on apporte des améliorations grâce aux progrès technologiques de notre époque, mais ça ne pourra que tendre vers l’expérience initiale sans jamais l’égaler car justement, c’était la première fois. La première fois que l’on courait à toutes berzingues dans des couloirs flippants, dézinguant démons et consorts à grands coups de shotgun dans la gueule, la première fois que des crânes enflammés nous fonçaient dessus en hurlant, la première fois que l’on affrontait le Cyberdémon en écoutant du gros métal de bâtard…
Je me souviens de mon premier baiser, de ma première cuite, de ma première pipe… Et même si j’ai pu répéter et rendre meilleures ces expériences, aucune des nouvelles itérations n’est en droit de de s’attribuer la gloire de ces premières fois. Je veux dire, c’est pas en enfonçant ta tête dans le vagin de ta mère que tu redeviendras un ovule, alors m’emmerdez plus avec vos histoires de retour aux sources !

J’en entends d’autres dire « Calme-toi p’tit gars. Ne penses-tu pas qu’il s’agit tout simplement une façon d’amener les plus jeunes à découvrir cette sensation dans une version actualisée à laquelle ils ont parfaitement le droit ?! »
À ceux-là je ne peux que leur donner raison, les salops. C’est vrai, je m’emporte et je parle comme un vieux con, mais ce n’est que pour tenter de dissimuler le stress auquel la sortie toute proche de DOOM 4 me soumet. D’ailleurs, je vous avais déjà parlé de ce stress il y a pas bien longtemps. C’est encore une fois le marketing qui est responsable de toutes mes angoisses. Vous l’avez peut-être déjà vu, les dévs/commerciaux ont fait un stream d’une bonne heure sur la partie solo du jeu durant laquelle ils ont démontré deux choses :
_ leur incapacité à fermer leur gueule plus de 30 secondes consécutives
_ la mollesse du jeu
Et vous vous doutez bien que c’est le deuxième point qui me mine le plus.
Dans DOOM, on avait vraiment l’impression de se déplacer à toute blinde (120 km/h selon ces calculs) et ça participait à 75% de la jouissance, le reste étant laissé au charisme des monstres et au level design. Et au shotgun.
Dans cette nouvelle mouture, on se rapproche plus de la vitesse d’un UT 2004 (que j’adore, soit dit en passant) et l’ajout d’objectifs et des finishing moves, mises à mort grandiloquentes dont la promo nous a gavés, qui risquent d’autant plus de casser le rythme et de nous offrir ainsi un énième jeu qui lorgne beaucoup trop du côté du cinéma.
Si je n’avais que ça à foutre, je pourrais aussi râler sur la direction artistique qui a perdu en couleurs vives, mais revenons à la question de départ : on achète DOOM ou on se fait une OD ?

La réponse va vous surprendre : on ne fait rien, on attend !
Ha !! vous ne vous y attendiez pas à celle-là, hein ?!
Je suis sûr que vous vous demandez comment je fais pour manipuler avec tant de brio votre crédulité, et je vous comprends. Ce que je ne comprends pas, c’est comment vous avez pu penser que je serai capable de vous conseiller de vous défoncer au point de vous noyer dans votre vomi. Quel genre de bâtard pensez-vous que je suis, sérieusement ??? Auriez-vous oublié que je suis un Champion de l’Amour ?
Alors oui, on va attendre. Car oui, il y a de l’espoir, et il porte un nom : Snapmap. Derrière ce nom pop tendance se cache l’éditeur de contenu de DOOM 4 grâce auquel il sera possible pour chacun d’entre nous de créer des niveaux, et même des nouveaux modes de jeu, et ça c’est typiquement le genre d’info qu’il faut tweeter à votre cousin qui fait de l’informatique.
Marketé comme étant simplissime d’utilisation, c’est grâce à Snapmap que l’on pourra voir émerger, je l’espère, un jeu vénère et rapide tel que nous l’attendons tous. Tel que nous le méritons tous. Et vu le bouillonnement incessant qui anime la communauté doomesque, nul doute qu’il ne faudra pas attendre bien longtemps avant d’être satisfait. Le monde du modding nous a déjà offert de bien beaux jeux (DOTA, Counter Strike…), j’ose donc caresser le rêve que l’Histoire se répétera ici. J’avoue quand même qu’au plus profond de mon charmant petit corps, j’en arrive à me demander si les éditeurs ne misent pas tout là-dessus. Bah ouais, les passionnés vont pondre des trucs qui cartonnent et les autres devront s’offrir le jeu original pour pouvoir jouer aux créations des autres.
Raaah que je suis mauvaise langue des fois. Comme si les grosses sociétés pouvaient être aussi malhonnêtes. Voyons…

Allez, c’est l’heure de conclure ce bref article, et je vais en profiter  vous avouer un truc pas glorieux: je me suis payé le jeu grâce à l’offre promotionnel de Gamekult comme ça, je soutiens la presse MOI et si le jeu est pourri, je pourrais me mentir en disant « tu l’as pris pour la bonne cause ».

Prochainement sur le Ravenholm Post : un article sur l’intégrité intellectuelle.

36 recommended
comments icon 3 comments

3 thoughts on “En mai, range ton porte-monnaie

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image